ÉDITO DU SAINT SACREMENT – 19 JUIN 2022

IL EST GRAND LE MYSTÈRE DE LA FOI ! 

L’Eucharistie, sacrifice mémorial du saint Corps et Sang du Christ

La célébration de la fête du Saint-Sacrement vient nous rappeler l’importance de l’Eucharistie que le concile Vatican II a insufflée à l’Église : ” l’Eucharistie est la source et le sommet de la vie chrétienne”. La source, parce qu’elle est cette grande prière de l’Église dans laquelle nous puisons la force et l’énergie pour vivre notre vie chrétienne. Le sommet, parce qu’en attendant que se réalise notre communion éternelle avec Dieu, l’Eucharistie nous unit déjà avec Jésus. Dans Jésus présent mystérieusement dans le sacrifice de l’autel, en Lui et par Lui, nous sommes unis les uns aux autres.

Reçu du Christ, ce mystère est à vivre et à célébrer jusqu’à la fin de temps.

Ils sont nombreux les chrétiens pratiquants qui demandent, pour que la messe ne soit pas ennuyeuse, pour la rendre plus accessible, qu’on devrait essayer de l’adapter davantage aux réalités du Peuple de Dieu. Il n’en demeure pas moins que la messe est un mystère. Ce mystère, Jésus l’a institué le jour de la Cène. En partageant avec ses disciples du pain et du vin, Jésus offre sa vie pour le salut des hommes. Paul n’a pas cherché à expliquer aux fidèles de Corinthe ce mystère qu’est l’eucharistie. Sa prédication sur l’eucharistie consistait simplement à leur dire :“j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur et je vous l’ai transmis.”  ¨Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne¨.

Recevez le Christ pour le devenir, aimer c’est se donner soi-même.

Communier à la vie donnée de Jésus, c’est désirer le devenir. Ainsi, dans la célébration de cette grande fête, nous pouvons reprendre et porter cette belle intention : « Que Dieu le Père accorde à tous ceux qui vont partager ce pain et boire à cette coupe d’être rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps, pour qu’ils deviennent eux-mêmes dans le Christ une vivante offrande à la louange de ta gloire » » (Prière eucharistique 4).

Père Richardson