Edito du 1er dimanche de l’Avent

Seigneur, viens renaitre en nous, viens nous relever,  

viens tout éclairer, viens tout rénover ! 

Nous commençons, ce dimanche, une nouvelle année liturgique, c’est-à-dire un nouveau chemin avec Jésus Christ, qui nous guide dans l’histoire vers l’accomplissement du Royaume de Dieu. Nous redécouvrons la beauté d’être tous en chemin. 

L’Avent dans lequel nous entrons est un temps de l’espérance. Il peut nous arriver de croire qu’il n’y a pas d’espérance, que c’est le mal qui guide le monde, et non Dieu, que Dieu est en déroute. A une humanité qui n’espère plus, qui n’a plus de temps pour Lui, Dieu offre à nouveau du temps, un nouvel espace pour se remettre en marche, pour retrouver le sens de l’espérance. C’est le sens du temps de l’Avent.  

« Un jour vous paraitrez debout devant le fils de l’homme ». C’est notre vocation à chacun : paraitre devant le Seigneur. Notre vocation est belle. Notre histoire n’est pas orientée vers la mort mais vers la venue de Jésus.  

L’Avent nous parle de sa venue, comme pour nous forcer à nous tourner vers notre futur, sur ce que nous allons devenir en avançant dans la vie. Car c’est là que Jésus vient. Dans notre avenir. 

« Restez éveillés, demeurez dans l’espérance et l’empressement de l’attente » dit le Seigneur. Qui que tu sois, reste éveillé. Permets au Christ de venir à toi. Il vient à travers ce qui nous arrive, à travers ce qui survient dans le monde, à travers même ce qui peut nous paraitre le plus désespérant. Tant d’actes en sont le signe. Je pense à Maximilien Kolbe, déporté à Auschwitz, qui dans un contexte d’abomination a posé un acte d’amour. Je suis bouleversé par l’acte immense de cet homme, ce prêtre, chez qui l’amour et non la révolte a jailli de la souffrance. 

Dieu est à l’œuvre dans le monde. 

Le Chrétien est celui qui reste vigilant chaque jour et chaque heure, sachant que le Seigneur vient. Ça éclaire toute sa vie.  

Bonne entrée dans l’Avent ! En marche vers Noël ! 

Père Renaud